Arrêt sur image



  • Kader Lassina Touré , dans "Arrêt sur image" - Itinéraire Bis 2016

Qu’est-ce qu’une frontière ?
Une limite… une limite à ne pas franchir ! Il y a des frontières matérielles, d’autres immatérielles. Il y a des frontières que l’on voit, d’autres que l’on ne voit pas. Il y a des frontières que l’on peut franchir, d’autres que l’on ne franchit pas.

Et il y a des frontières que l’on franchit dans un sens, pas dans l’autre… Cet autre sens, infranchissable, se nourrit du culte de l’inconnu, de l’interdit, de l’inaccessible. Il existe des gens qui font franchir ces frontières là : les passeurs !
Sont-ils des Robin des Bois des temps modernes ou des escrocs vivant au dépend des espoirs des indigents ? Servent-ils les intérêts des puissants ou permettent-ils la réalisation des rêves des plus démunis ? Eux-même ont-ils l’impression d’être les maillons d’une chaîne infernale ou pensent-ils œuvrer à rétablir un équilibre vain et précaire ? Agissent-ils par profit ou en toute abnégation pour défendre une cause qu’ils jugent juste ?

Prenons le temps d’une rencontre avec l’un d’eux. Il a son propre parcours, ses propres opinions… Il a sa vie, et il en est là !

Bass music et Théâtre…
Issue des premiers Sound System jamaïcains, la « Bass Music » est un genre musical apparu à Londres au débuts des années 90 avec la jungle, qui se développe rapidement avec le Dubstep, UK Garage, Drum’n’Bass, Glitch, Drumstep, electro, Trap, Moombahton, Break Beat…

Des transitions fluides et des lignes de basse puissantes sont parmi les particularités de ces styles de musique urbaine.

Désireux de confronter cette forme musicale particulière à un texte théâtral, « Arrêt sur Image » est construit tel un « mix » de soirée électro : la musique ne cesse jamais, ou seulement à des moments choisis pour mettre en exergue certains passages du texte.

L’omniprésence des lignes de basse nous enveloppe chaleureusement, nous rassure telle une réminiscence de l’état de fœtus dont nous sommes issus.

« Arrêt sur Image » n’en reste pas moins une pièce de théâtre qui donne à écouter autant qu’à entendre.

Tel un flux colossal qui ne cesse jamais, le spectacle est traversé par des correspondances de voyageurs, ayant quitté leur pays pour vivre dans un autre, quelle qu’en soit la raison.

Accompagné par le musicien en direct, le comédien navigue entre personnage et interprète, au grès du propos et des situations pour nous livrer un résultat hybride à la frontière du concert slam électro et du monologue de théâtre


Avec les contributions enthousiastes de Arlette Hien, Susan Izett, Achille Gwem, Maxime Damsou, Sidiki Yougbare, Gustave Akakpo, Lazare Minoungou, Urbain Guiguemdé, et bien d’autres encore…